Comment voit l’oeil humain ?

Comment l'oeil décrypte une image ?

Notre oeil c’est comme un appareil photo, mais nettement plus puissant et perfectionnée que le dernier cri des modèles numériques. Il possède un diaphragme (l’iris) avec une ouverture variable (la pupille) et un capteur numérique (ou surface sensible) que l’on appelle la rétine. La lumière est projetée sur la rétine et transmise ensuite au cerveau, un processeur infiniment puissant.
A la différence d’un appareil photo où l’on peut changer l’objectif ou faire varier la focale via un zoom, l’oeil humain a un champs de vision nette très étroit. La fovéa, zone centrale de la rétine a un angle de 1° seulement, et est le seul élément de l’oeil à distinguer les formes. Le reste de la rétine ne donne que des sensibilités lumineuses et colorimétriques à faible définition.
l'oeil humain
créer des diagonales
l'oeil humain
Privilégier l'être humain

Le mouvement continu

Voir net

Pour voir net, la totalité d’une image (tableau de peintre, photo, vidéo…), l’oeil balaie la surface d’un mouvement continu, amenant successivement sur le centre de la rétine (fovéa), un élément puis un autre. Le mouvement est si rapide que l’on a l’impression de voir l’image nette dans sa globalité.

De bonds en bonds

Diverses expériences ont amené à la conclusion que l’oeil effectue des bonds d’un élément à l’autre de l’image. Ces bonds durent de 200 à 400 microsecondes, mais peuvent parfois durer plusieurs secondes. La façon dont se structure les bonds n’est absolument pas définie. Certains points de fixation sont plus visités que d’autres, la direction n’est pas non plus fixée. Il n’existe pas une exploration mécanique de l’oeil sur une image, mais plutôt des comportements différents selon l’orientation des grandes lignes qui rythment la surface d’une image, ou selon les formes découvertes.
l'oeil humain
"Ce n'est pas la main qui fait le tableau c'est l'oeil" Auguste Renoir

Un regard universel

D’autres expériences ont permis de constater qu’une même image, soumise à plusieurs sujets différents, est déchiffrée de la même manière par tous. Le trajet parcouru par l’oeil et les points de fixation sont pratiquement identiques d’une personne à l’autre. Une manière de signifier qu’un « code de lecture » de l’image existerait.

Dicter son mouvement

l'oeil humain
Le contour des formes
La façon dont l’image est déchiffrée retentira sur la façon émotionnelle dont une image est perçue. L’auteur donc d’une image peut construire et dicter les mouvements de l’oeil, en plaçant les composants de telle ou telle façon, en décidant du rythme d’une image, en guidant le regard.

Tendances naturelles de l'oeil

L’expérience scientifique ainsi que l’observation des peintre et artistes, a permis de dégager quelques tendances naturelles de l’oeil :

– L’intérêt pour le contour des formes, le détachement des formes de son fond par le contraste des couleurs ou la profondeur de champs.

– Privilégier l’être humain, notamment le visage, les yeux, la bouche et le nez.

– S’attarder sur les zones compliquées. D’où l’importance de simplifier, afin de ne pas s’attarder sur des détails insignifiants.

– le mouvement horizontal, reposant pour l’oeil.

– un point d’intérêt sur un bord d’image, fixe le regard sur la périphérie de l’image.

– deux points d’intérêt d’égale valeur, trop éloignés, écarte le regard.

– le sens de lecture selon nos habitudes (de gauche à droite en occident).

l'oeil humain
le sens de lecture
l'oeil humain
détacher les formes